Le mercredi de Coralie: L’Éclaireur

Faire du shopping ce n’est pas seulement passer à la caisse. C’est aussi découvrir des lieux atypiques et parfois hors du commun. Il y a quelque mois je vous parlais de Colette qui est devenu un incontournable de la capitale française. Cette semaine, je vous présente le concept store parisien L’Éclaireur. L’histoire commence il y a plus de 30 ans, en 1980 plus exactement, lorsque Armand Hadida et sa femme Martine ouvrent leur première boutique sur les Champs Élysées dans les sous-sol d’une galerie. Avant-gardistes, ils proposent à leurs clients des marques encore très peu connues telles que Girbaud, Prada, Helmut Lang, John Galliano, Ann Demeulemeester, Dries Van Noten et Martin Margiela. Quand on entend ces noms, on comprend déjà que le succès n’est pas loin. L’Éclaireur devient rapidement une enseigne de renommée internationale, et en 30 ans trois nouveaux espaces voient le jour dans Paris, dont un dédié spécialement au vestiaire masculin et aux fragrances, et un « restaurant habillé », comme ils l’appellent, signé par le designer milanais Barnaba Fornasetti en hommage à son père Piero Fornasetti.

En 2009, le couple Hadida ouvre une nouvelle boutique située au 40, rue de Sévigné dans le 3ème arrondissement. Ils donnent naissance à un lieu à la fois magique, sculptural et intelligent avec l’aide du designer belge Arne Quinze qui souligne qu’il l’a conçu non pas comme une boutique mais comme une expérience « Ce projet est la mise en forme d’un rêve, affirme-t-il, d’une intention nourrie d’émotions, d’histoires, de mémoire, comme un conte dans lequel, j’espère, chacun pourra retrouver un peu de lui-même ».

Si aucune vitrine ne donne sur la rue c’est parce que le duo se refuse à tomber dans la distribution traditionnelle qu’il trouve trop ennuyeuse et tente donc de bouleverser ses codes. Au bout d’un couloir ouvert, devant la porte, on retient son souffle et on entre, comme attiré par la lumière. A l’intérieur, on s’arrête net l’instant d’une seconde, un peu perplexe, on ne sais pas vraiment si on se trouve dans une galerie d’art, dans un temple de la technologie ou dans un dressing géant. Puis, dans un second temps, après avoir retrouvé notre lucidité, on se sent comme envouté et charmé. En effet, devant nous s’offre un vrai spéctacle vivant. D’innombrables écrans numériques cloisonnés se mêlent à des accumulations de planches de bois rappelant les constructions déstructurées des bidonvilles. Les vêtements nous apparaissent comme par magie à l’aide de parois qui s’ouvrent sur demande et sont sublimés par différentes installations LED. En tant que client, nous y sommes conseillé par une équipe cosmopolite répondant aux exigences de renouveau et d’excellence.

Le site internet propose aussi un blog où les nouveautés, des bons plans ainsi que divers interviews de personnalités du monde de la mode et du design y sont relatés. Plus qu’une simple boutique, L’Éclaireur est une véritable installation interactive, où chaque visiteur va vivre une expérience particulière. « L’Éclaireur, c’est aller de l’avant, être dans ce qui va arriver, oser, déranger, c’est le devoir de toujours séduire, toujours étonner » dixit le fondateur. Un mélange de luxe, d’art et de technologie réuni en une seule et unique enseigne, qui n’est certes pas à la portée de toutes les bourses mais qui, pour le simple plaisir des yeux, mérite que l’on s’y attarde quelques minutes.            – Coralie B