The interview of Henrik Fisker: the creator of Fisker carsHenrik Fisker, créateur des automobiles Fisker: l’interview

Of Danish origin, Henrik Fisker has had a dream journey for any self respected car designer. Educated at the Art Center College of Design in La Tour-de-Peilz, he then designed at BMW, signing off on the superb BMW Z8 roadster, then the fantastic Aston Martin DB9, defining the style of all modern Aston Martins. Despite these great achievements, our man saw further beyond the drawing board, and therefore went to California with the aim to revolutionize the small world of the sleeping car manufacturers. Henrik had a vision: to develop a car that is not only beautiful, athletic and luxurious but also environmentally friendly. Deal closed; having successfully raising the colossal funds needed to achieve this project (along with some associates, of whom one was Leonardo Di Caprio), Henrik Fisker named the brand he created, Fisker Automotive. Its first model, the Karma has an electric motor which can be used for daily short journeys, with a petrol engine which can take over at longer distances. I will have the opportunity to write about this car in more detail in a future article. Meanwhile, our man also became ambassador of the watch manufacturer Maurice Lacroix. It was, as you can imagine, a huge pleasure for me to have met Henrik during the Alpensymposium in Interlaken, an event sponsored by Maurice Lacroix. Here is his interview.
JSBG – Having designed the masterpieces that are the Aston Martin DB9 and BMW Z8, what prompted you to start your own brand? Henrik Fisker – I felt that there was an opening in the market. There wasn’t really a beautiful environmental friendly car that looked into the future. And of course I love designing cars. My favourite was probably the V8 Vantage, but I really saw that there was so many laws and regulations coming up about emissions, and some governments are against large fast cars. I just felt that there was a vacancy in the market, where a lot of people would like to have an environmental friendly car but they don’t want to sacrifice on aesthetics and speed. I saw the possibility to have a beautiful fast car, but still eco-friendly, specifically with the kind of power train we have in the Karma. With an electric car you can’t drive from Zürich to Rome. But in this car, you can. Of course you would only drive this far a couple of times per year. In your normal daily commute you don’t go above 80 km. So the idea is, that in your daily commute you don’t use any gasoline, keeping things very clean. Then, in a longer trip the gasoline engine turns on and then generates electricity while you drive. So the energy saving is much more advanced tha than in a normal hybrid car, because in a hybrid you use gasoline in your short trips. In a Karma you don’t. 
The Karma is a very sporty model with 408 horsepower but also very modern in its design and its’ eco-compatible technology. What are you most proud of about this car? The proportions of the car! You don’t expect a green car to look like a supercar. Even at the price it is, it still stands out. Nobody else does standard 22 inch wheels nor those kind of proportions. I’m very proud of it. Of course I want to bring the design even further, integrating specific environmental aspects that people can see. As a purpose the solar roof is the world’s largest solar roof. I wanted it to be special, so we designed a very graphic roof that looks good and get peoples attention. For the interior we used the reclaimed wood, so I tried to bring in other environmentally friendly elements, not just those concerning the power train.
Protecting the environment is evidently of great importance to you. Your cars are built with the hybrid technology, the interior can be equipped with non-animal materials as opposed to leather, or wood paneling form burned forests.  Do you really believe that luxury and sustainable development are compatible? I do, I think we have shown it with this car.  For example, the car is still furnished with leather, but we get our leather from a factory in Scotland where it’s 100% sustainable. They use their own waste to power the factory, there is very little chemicals in our leather and it’s very soft. What we are showing with this car is that our old thoughts, that we have to go to Brazil to cut down trees in order to find a nice wood is not necessarily true, we’re going to find it somewhere else. The old thought that to drive an environmental friendly car that has to be ugly and small and annoying doesn’t have to be, and we’re showing it. We’re also bringing in some technologies that have yet still to be maximized, like solar power… but it’s on the way. Of course the car can’t be powered entirely by solar energy at the moment, but maybe it could be  in the next 5 or 10 years. We are taking a step out. I feel that there is a lot of people that would like to take that step with us. Those who want to be leaders, take initiative to be part of it. If you give them the products, then they can take that step. People joined us and said « You know, I can give away my old luxury sedan ». It’s a great choice if  you buy cars in that price category.
Despite the problems that you have encountered in recent months with the loss of 300 cars during hurricane Sandy, followed by the concerns about the supply of batteries, you continue to move forward. What is it that motivates you? Well, it’s just like when you start anything, if you believe it’s the right thing you shouldn’t give up. You’re going to get a lot of doubters, a lot of sceptics, and a lot of problems you will have to solve. Sometimes these problems can be difficult, but I believe any problem can be solved somehow. When I look at these different problems we have had and we have overcomed. It’s definitely hard to start a car company, no doubt about it. It might be the most difficult business in the World because it’s amazingly capital intensive, and things can happen when you least expect them. As you said we lost 340 cars in the hurricane in New York and we’re debating with the insurance company whether we shall get the money for them. For a big car company there would be less of an impact. Our battery supplier has been bought by another company which is financially very strong, so we can start producing again. So, I think there is a solution to every problem, but at the end of the day the more the problems you overcome, the stronger you become. Now that we have been on the market with the car for a little over a year as we launched at the end of 2011, in 2012 we delivered more than 2’000 cars. It wouldn’t be easy for you to find another new company that have done that. Specifically, in comparison with Maserati Quattroporte, we probably sold as many cars as they did last year. We are a completely new brand, and now we are going to the Middle East, China, so I’m very excited about the prospects for this year. I just saw today that Beijing has the worst air pollution ever. In fact people get sick as a result of it. So it is pretty evident that we need to do something there.
Moving on to the future, you presented a prototype, the Atlantic, which is a smaller model of the Karma. When might we have the pleasure of seeing this on the road? I wouldn’t say a smaller model of the Karma, I’d rather say it’s a different model, a different series. If you think of the BMW 5 series, it’s not a different model of the 7 series, it’s his own car. So is the Fisker Atlantic. It’s an higher volume car, with a steel platform, like the Audi A5 or the BMW 5 series, the competitors. We haven’t an exact timing for the release of this car yet. We’ll come up with some news later this year. I’m very excited about this car, because obviously a lot more people will be able to get into a Fisker. It will be class leader in many ways in the market segment, launching a new style in which I believe in (and of course there’s the environmental aspect). Customer ownership will be really attractive for this car.
How do you envisage the future of your brand? When might there be a Karma functioning with 100% renewable energy? Right now, as a new car brand, we have to focus very hard on rather few, very specific things. We have to build the brand worldwide to increase our sales for the Karma of course an then the Atlantic. I do believe that the electric vehicle with an extended range is the best technology for the future. We are very far away from having pure electric cars dominating the market. There is a market for pure electric cars. What we are going to see in the future is not actually different types of vehicles but different types of propulsion systems. You’re going continue having gasoline and diesel cars, but hybrid cars as we know them today will start disappearing in favour of electric vehicles with range extenders, and then you’re going to have some electric cars, and others experimenting with different fuels. But the issues are always the infrastructure, consumer adoption and easy of use. The advantage with our system of electric vehicles with range extenders is that we’re offering the consumer the choice of two places he knows were to get power: at the gas station and at the plug at home. Now, with a normal gasoline car you can only get power at the gas station. With an electric car you can only get it at home and a few other places here and there. You can’t rely on that, so it still remains a very small segment, and there are still people today that would go somewhere, but just can’t plug in their cars. That’s why I think gasoline has a huge advantage over electric power as a range extender.
The magnificent Fisker Karma has now been imported to Switzerland. How do you see the brand developing here in Switzerland? I think the Swiss always had and still have a very close relationship with the environment. People love to go ski-ing, to go to the mountains – they appreciate clean air. I remember my days here in Switzerland I always felt a little younger and a little fresher because of the fresh air. On the other hand the Swiss always loved beautiful fast cars. In Switzerland there is an average of more horsepower per person than everywhere else in the World. They like the power and they like the cars. Therefore I believe that we can build a very strong brand in Switzerland. Our biggest importer in the World is Emil Frey, a Swiss company also selling our cars in other countries in Europe. We both believe that our car fits perfectly in Switzerland because there is that kind of unity between having a powerful beautiful car but still being environmental friendly. Obviously in the future we will also come out with four wheel drive cars that should interest Switzerland as well.
This is not a first time for you here in Switzerland. You have been familiar with our country since you studied in La Tour-de-Peilz. Could you identify any parallels between your cars and our watches? One of the attractions to me is that when I look at Maurice Lacroix, they are modern, but they have a very good integration of style and engineering, which I think is a very important point about a car as well as the attention to beautiful details. If you look at their watches there is so much beautiful detail and design,integrated really well with the engineering of it. To me, what attracts the most between a car and a watch is that the watch is kind of the only real jewelry that a man can wear. When you look at the instruments in a car, specially in a Karma, there is a very close relationship with a watch, because you have numbers and dials on it. Those are two things have a certain unity. You can see the time with a watch that costs 10 €, and you can get from A to B with a car that costs 10’000 €, but we do have an emotional connection with both of these two elements. Therefore people like to buy expensive watches and expensive cars, if they have the money, because they like to indulge themselves with the design and getting something special. So we go beyond the basic need. With a toothbrush you just get the cheaper, because you just need to wash your teeth, there is no emotional connection. But you do with a watch, and you do with a car.
You’ve been appointed ambassador of the watch brand Maurice Lacroix. Might we see one day a Maurice Lacroix Fisker watch? Let’s see, could be exciting! There are some discussions going on, but if I do a watch it would be probably more like By Henrik Fisker rather than a sort of a Fisker Watch, which would become more of an accessory to the car. If we do a watch there will be my input and design into the watch, but obviously Maurice Lacroix are the specialists in the watches. Just like you wouldn’t see a Maurice Lacroix Fisker car in terms of them designing the car, but more like them designing the dials or so. If we can create something interesting where we’re adding value then I think we could do something. We’ll have some talks, let’s see what happens.
The JSBG Short Questionnary:
  • What is your biggest vice? Speeding
  • What scares you?  As I’m getting older, probably my health
  • Is living in the 21st Century, easier or more difficult than before? Easier in the sense that you need to enjoy life. It doesn’t matter how difficult it is, you’ve got to find enjoyable moments and that has to be the major part of your life. Enjoy what you do, and even if you don’t enjoy everything then find the parts you do, and spend extra time on that.
  • Facebook or Twitter?  None of the two.
  • What is the most valuable quality your parents have passed on to you? Anything is possible. Whatever you decide to do, you can do. Do what is your dream 
  • What would be the soundtrack to your life?  California Dreamin’
  • Where do you see yourself in 10 years? Hopefully as a very happy healthy person. Still having a nice house in Los Angeles because I love the sun, but perhaps being able to go ski-ing more, and having more time to go ski-ing in this nice place, here in Switzerland

Thank you Henrik.

 Jorge S. B. Guerreiro

(Translated by Philippa-Louise Jay)

Danois d’origine, Henrik Fisker a connu un parcours de rêve pour tout designer automobile qui se respecte. Formé à feu notre Art Center College of Design à la Tour-de-Peilz, il s’en ensuite illustré chez BMW en signant le superbe roadster Z8, puis la fantastique Aston Martin DB9, définissant le style de toutes les Aston Martin modernes. Malgré ces superbes références, notre homme voyait plus loin plus loin que sa planche à dessin, et il s’en est donc allé en Californie avec pour ambition de révolutionner le petit monde endormi des fabricants de voitures. Henrik avait une vision: développer une voiture qui soit tout à la fois belle, sportive, luxueuse mais surtout écologique. Pari gagné: après avoir réussi à lever les fonds colossaux nécessaires à la réalisation de ce projet (avec entre autres un certain Leonardo Di Caprio parmi ses associés) Henrik Fisker a donné son nom à la marque qu’il a créée, Fisker Automobiles. Son premier modèle, la Karma, allie ainsi un moteur électrique utilisable pour lors des trajets quotidiens avec un moteur à essence capable de prendre le relais lors de plus longues distances à parcourir. Contrairement à une voiture hybride, elle peut se conduire en mode tout électrique, mais peut basculer sur un moteur à essence pour parcourir de plus longues distances. En plus d’offrir une puissance de 408 cv, elle dispose de tout le luxe que l’on est en droit d’attendre de ce type de véhicule. J’aurai l’occasion de vous la présenter en détail lors d’un prochain article. Parallèlement, notre homme est également devenu ambassadeur de la manufacture horlogère Maurice Lacroix. C’est donc, vous l’imaginez, avec un immense plaisir que j’ai eu le plaisir de le rencontrer dans le cadre l’Alpensymposium à Interlaken, un évènement dont Maurice Lacroix est justement partenaire. Voici son interview.

JSBG – Après avoir dessiné les chef d’oeuvres que sont l’Aston Martin DB9 ou la BMW Z8, qu’est-ce qui vous a poussé à fonder votre propre marque? Henrik Fisker – J’ai senti qu’il y avait comme un vide dans le marché. Il n’existait pas vraiment de jolie voiture éco-compatible tournée vers le futur. Et bien entendu j’adore dessiner des voitures, ma préférée étant peut-être l’Aston Martin V8 Vantage. Mais je me suis rendu compte que tellement de lois et de règlements sont promulgués contre les émissions de CO2, certains gouvernements étant ouvertement contre les voitures rapides, qu’un grand vide s’est emparé du marché automobile: les gens veulent être responsables et conduire des voitures écologiques, mais ne veulent pas d’un véhicule laid ou lent. J’y ai vu la possibilité de créer une voiture éco-compatible, mais belle et rapide, dotée d’un propulseur tel que celui que nous avons mis au point pour la Karma. Avec une voiture électrique vous ne pouvez pas conduire de Zürich à Rome. Mais avec cette voiture, vous pouvez. Bien entendu vous ne ferez de tels longs trajets que peu de fois sur une année. Lors de votre parcours journalier vous dépassez rarement les 80 km. L’idée est donc qu’au quotidien vous n’utilisiez que son moteur électrique, en restant propre car n’utilisant pas d’essence. Par contre si vous roulez sur de plus longues distances le moteur à combustion prend le relais, rechargeant au même temps les batteries du moteur électrique. C’est une immense avancée par rapport aux voitures hybrides déjà présentes sur le marché, parce que sur celles-ci vous consommez de toutes manières de l’essence, même lors de petits trajets. Dans la Karma, ce n’est pas le cas.

La Karma est un modèle à la fois très sportif développant 408 chevaux mais aussi très moderne de par son design et sa technologie eco-compatible. Quelle est votre plus grande fierté sur cette voiture? Ses proportions! Vous ne vous attendez pas à ce qu’une voiture « verte » ressemble à une supercar! Même à ce prix-là, aucun autre constructeur ne propose des roues de 22 pouces de diamètre ou de telles proportions dans le dessin de la voiture. J’en suis très fier. Bien entendu j’ai voulu pousser l’intégration d’éléments écologiques au maximum, de manière à ce que les gens puissent les voir, comme par exemple son toit, à ce jour le plus grand panneau solaire monté sur un véhicule. Je voulais que ce détail soit mis en évidence, alors j’ai créé un dessin de toit très graphique, qui est joli et qui attire le regard. À l’intérieur nous avons utilisé du bois récupéré lors des feux de forêt californiens. J’ai donc mis un point d’honneur à rendre éco-compatible sur la voiture tout ce que je pouvais, pas seulement le moteur.

Vous portez une grande importance à l’environnement, vos voitures bénéficiant de la technologie hybride, l’intérieur pouvant être équipé à choix de revêtements issus de matières non-animales pour remplacer le cuir et le bois du tableau de bord provenant de forêts californiennes incendiées. Croyez-vous que luxe et développement durable soient compatibles? Oui, et je crois que nous l’avons montré avec cette voiture. Elle est par exemple équipée d’un cuir provenant d’Ecosse et certifié 100% compatible avec les règles du développement durable. Cette fabrique utilise ses propres déchets pour fabriquer son électricité, et n’utilise pour ainsi dire pas de produits chimiques. Nous avons aussi voulu démontrer que, contrairement à notre ancienne façon de penser, nous n’avons plus besoin de nous rendre au Brésil et d’y abattre des arbres pour trouver du beau bois pour les tableaux de bord. Une voiture éco-compatible ne doit plus être laide, petite et ennuyeuse, et nous le démontrons. Nous y avons même ajouté des technologies qui ne sont pas encore complètement au point, comme le solaire. Bien entendu la voiture ne peut pas être propulsée par la seule énergie solaire provenant de son toit, mais peut-être le pourra-t-elle dans 5 ou 10 ans. Nous faisons un pas en avant, et je pense que plein de monde aimerait le faire avec nous, prendre des initiatives, faire partie du changement. Si vous leur proposez le bon produit, ils pourront faire ce pas. Certains clients nous ont dit: « vous savez, maintenant je peux abandonner ma vieille berline ». C’est un choix magnifique si vous pouvez vous le permettre.

Malgré les problèmes que vous avez rencontré ces derniers mois avec la perte de plus de 300 voitures lors de l’ouragan Sandy puis des soucis d’approvisionnement en batteries, vous continuez à aller de l’avant. Qu’est-ce qui vous motive? Et bien c’est comme tout ce que vous démarrez, si vous pensez avoir pris la bonne décision, alors vous ne devez pas abandonner. Vous allez affronter beaucoup de gens sceptiques, beaucoup de doutes et de problèmes. Parfois ces problèmes peuvent s’avérer vraiment difficiles, mais je pense qu’il y a des solutions à tout. Quand je pense à toutes ces difficultés que nous avons dû affronter et que nous avons surmonté, il est vraiment dur de lancer une nouvelle société, il n’y a pas de doute là-dessus. Et l’automobile est peut-être l’une des choses les plus difficiles, parce que vous avez besoin d’énormes capitaux, et les soucis peuvent survenir lorsque vous vous y attendez le moins. Comme vous l’avez dit nous avons perdu près de 340 voitures lors de l’ouragan Sandy à New York, et nous nous battons maintenant avec notre assurance pour qu’ils nous remboursent. Ce genre de problèmes aurait moins d’impact sur un grand constructeur automobile. Notre fabricant de batteries a finalement été racheté par une plus grande compagnie, et la production peut enfin reprendre. Au final, plus de problèmes vous résolvez, plus vous devenez fort. Nous avons lancé la voiture fin 2011, et en 2012 nous en avons livré à peu près 2000 exemplaires. Vous ne trouverez pas d’autre nouvelle marque de voitures qui puisse en dire autant. Si vous comparez avec la Maserati Quattroporte, nous avons probablement vendu plus de voitures qu’eux. Nous ne sommes encore qu’une toute nouvelle marque, mais nous allons déjà ouvrir le marché chinois et le Moyen Orient. Je suis très optimiste pour les perspectives de cette année. Je viens de voir aujourd’hui dans les journaux que Pékin bat des records de pollution ; les habitants en tombent malades. Il est évident que nous apportons les bonnes réponses.  

Puisqu’on parle d’avenir, vous avez présenté un prototype préfigurant une Karma de plus petite taille, l’Atlantic. Quand aurons-nous le plaisir de la voir sur la route? Je ne dirais pas une plus petite Karma, mais plutôt un nouveau modèle, une nouvelle gamme chez Fisker. Si vous pensez à la BMW série 5, ce n’est pas un autre modèle de série 7, c’est une gamme de modèles spécifique. Pareil pour l’Atlantic. C’est une voiture destinée à une plus large diffusion, dotée d’un châssis en acier à l’instar de ses concurrentes, les Audi A5 et BMW série 5. Nous n’avons encore pas programmé de date officielle de lancement, mais une annonce sera faite plus tard cette année. Je suis très excité par cette voiture parce que bien entendu beaucoup plus de monde sera en mesure de se payer une Fisker. Elle chapeautera son segment de marché de par son design et son aspect écologique. Elle sera très attrayante pour ses futurs propriétaires.   

Comment envisagez-vous l’avenir de votre marque? À quand une Karma 100% énergies renouvelables? Dans l’immédiat, en tant que toute nouvelle marque de voitures, nous devons nous concentrer sur certains problèmes spécifiques. Nous devons construire notre marque mondialement pour faire croître nos ventes, d’abord de la Karma puis de l’Atlantic. Je crois fermement que notre approche de la voiture électrique mais dotée d’un « prolongateur de distances » (le moteur essence) est pour l’instant la meilleure technologie pour le futur. Nous sommes encore très loin de voir les voitures 100% électriques dominer le marché, mais il y a un marché pour ces voitures. Ce que nous allons voir à l’avenir sera en fait la cohabitation de différents types de véhicules avec différents modes de propulsion. Vous aurez encore des voitures à essence ou diesel, mais les voitures hybrides disparaîtront au profit de modèles tels que le notre, vous aurez aussi quelques voitures électriques et encore quelques autres s’essayant à d’autres carburants. Mais les points principaux resteront toujours les infrastructures, la facilité d’utilisation et son adoption par le consommateur. Notre avantage est d’offrir au consommateur le choix entre les deux places où il sait pouvoir s’approvisionner en énergie: la station essence ou la prise électrique chez lui. Dans une voiture traditionnelle à essence vous ne pouvez vous rendre qu’à la pompe à essence. Avec un véhicule électrique vous ne rechargerez que chez vous, hormis quelques rares places ici et là sur lesquelles vous ne pourrez pas forcément compter, ce qui en fait un petit marché. Les gens aimeraient sans doute voyager plus avec leurs voitures électriques, mais ils ne le peuvent pas. C’est pourquoi je pense que l’essence est encore la meilleure solution en tant que « prolongateur » d’autonomie.

La superbe Fisker Karma, est maintenant importée en Suisse. Comment voyez-vous le développement de votre marque dans notre pays? Je pense que les Suisses ont toujours eu et continuent d’avoir une relation très proche avec leur environnement. Ils aiment aller skier, se balader sur les montagnes, ils apprécient l’air frais et propre. Je me souviens que quand j’habitais en Suisse je me sentais toujours jeune et frais grâce à votre bon air. D’un autre côté, les Suisses ont toujours aimé les voitures belles et rapides. La moyenne suisse de « cheval » par habitant est la plus élevée au monde, faisant de votre parc automobile le plus puissant. Vous aimez les voitures puissantes. C’est pourquoi je crois que nous pouvons devenir une marque importante sur votre marché. Notre plus grand importateur au Monde est Emil Frey, une société suisse qui vendra aussi nos voitures dans d’autres pays d’Europe. Ensemble, nous pensons que notre voiture est parfaitement adaptée au marché suisse dans sa catégorie, parce qu’elle offre la possibilité de conduire une belle et puissante voiture tout en étant respectueux de l’environnement. Nous pensons aussi à l’avenir développer un modèle à 4 roues motrices qui conviendrait parfaitement à votre territoire. 

Ce n’est pas la première fois que vous venez en Suisse. Vous avez même des liens avec notre pays, puisque vous avez étudié à La Tour-de-Peilz. Quels parallèles feriez-vous entre vos voitures et les montres? Ce qui me plaît le plus dans une marque comme Maurice Lacroix c’est le fait qu’ils soient modernes, en réussissant à parfaitement intégrer le style et la complexité, ce qui je pense est un point primordial pour une voiture aussi, tout comme l’attention portée aux petits détails. Si vous regardez leurs montres, le design intègre parfaitement les détails et le mécanisme. Pour moi la comparaison entre une voiture et une montre tient dans le fait qu’une montre est à peu de choses près le seul vrai bijou qu’un homme peut porter. Or lorsqu’on regarde le tableau de bord de la Karma, on voit bien la grande ressemblance avec une montre grâce aux cadrans, aux aiguilles, aux chiffres. Il y a là une certaine unité. Vous pouvez avoir l’heure sur une montre à 10 €, et vous pouvez vous rendre d’un point A à un point B dans une voiture à 10’000 €. Mais nous avons une certaine conection émotionnelle avec ces deux objets, c’est pourquoi les gens ont tendance à acheter des montres et des voitures plus chères que ça. Si ils en ont les moyens, ils aiment se faire plaisir en choisissant quelque chose de plus spécial, de plus design. On est au-delà de la fonction première. Vous choisirez naturellement une brosse à dents pas trop chère, parce qu’elle vous servira uniquement à vous laver les dents, et il n’y a là pas de lien émotionnel. Mais vous l’aurez avec une montre, et vous l’aurez avec une voiture.   

Vous avez été nommé ambassadeur de la marque horlogère Maurice Lacroix. À quand une montre Maurice Lacroix Fisker? On verra, ça pourrait être intéressant! Nous en discutons en fait déjà, mais si le projet se réalise se sera plus probablement une montre signée Henrik Fisker qu’un partenariat avec la marque Fisker, une montre Fisker risquant plus d’être perçue comme un accessoire de la voiture. Si nous réalisons cette montre il y aura mes idées dans la montre et son design, mais bien entendu c’est Maurice Lacroix le spécialiste en horlogerie. Tout comme je ne verrais pas la marque Maurice Lacroix être responsable du design de tout une voiture, mais plutôt des compteurs du tableau de bord ou de certains détails. Mais si nous pouvons créer quelque chose d’intéressant dans lequel nous apporterions chacun notre valeur ajoutée, alors oui je crois qu’on le pourrait faire. Comme je vous l’ai dit, nous en parlons déjà, on verra ce qui en ressortira.

 

Un pertinent questionnaire selon JSBG:

  • Quel est ton plus grand vice? Conduire vite
  • Qu’est ce qui te fait peur? Avec l’âge, je dirais probablement la santé
  • Vivre au 21ème siècle, plus facile ou plus difficile qu’avant? Plus facile dans le sens que vous devez profiter de la vie. Peu importe les difficultés, il vous faut trouver des moments de joie en en faire la part la plus importante de votre vie. Aimez ce que vous faites, et si vous n’en aimez pas tout alors trouvez ce que vous en préférez et consacrez-y plus de temps 
  • Plutôt Facebook ou Twitter? Aucun des deux
  • Qu’est ce que tes parents t’ont légué de plus précieux? Que tout est possible. Quoi que vous décidiez de faire, vous pouvez y arriver. Réalisez vos rêves
  • Quelle serait la bande son de ta vie? California Dreamin’
  • Où vous voyez-vous dans 10 ans? Heureux et en bonne santé, avec une belle maison à Los Angeles parce que j’aime le soleil, mais avec peut-être plus de temps pour aller skier aussi, avec plus de temps pour venir skier dans ce beau pays qu’est la Suisse.

Merci Henrik.

 Jorge S. B. Guerreiro

1 Comment

  1. Appreciate it for all your efforts that you have put in this. Very interesting info.

Les commentaires sont clos.