L’île de Marlon Brando transformée en hôtel de luxe

Dix ans après le décès de l’inoubliable Marlon Brando, un hôtel de luxe ouvrira ses portes au mois de mai sur l’atoll polynésien qu’il possédait et où il habitait. L’acteur avait acheté Tetiaroa, un ensemble d’îles faisant partie de l’archipel de Tahïti après y avoir tourné le film « Les révoltés du Bounty » en 1962. Ce sont ses héritiers qui ont, suivant ainsi les volontés de Brando, donné leur accord à la construction du « The Brando« .

Occupant une superficie de 78 hectares, l’hôtel s’est vu doter de nombreuses installations visant à diminuer au maximum son impact sur l’environnement, en respect pour la sensibilité de Marlon Brando à la cause écologique. L’électricité y est produite par des centaines de panneaux solaires et par un groupe électrogène fonctionnant à l’huile de noix de coco de production tahitienne. Les bâtiments sont construits en bois provenant d’espèces invasives détruisant la végétation locale et qu’il fallait abattre, et aucune colle ou solvant n’a été utilisée pour les édifier. La climatisation est assurée par SWAC (See Water Air Conditioning), un procédé lancé par Marlon Brando lui-même dès les années septante et consistant à puiser de l’eau de mer à basse température à 900 mètres de profondeur permettant de refroidir les installations en surface, avec un impact très faible sur l’environnement.

Pour jouer au Parrain version écolo tropical il vous en coûtera € 3000 la nuit pour un bungalow grand luxe équipé d’une piscine privée, et jusqu’à € 8000 pour une villa de trois chambres. Pour les réservations, c’est par ici. Notons encore que Marlon Brando y avait d’ailleurs déjà construit et exploité un petit hôtel, sans succès, dans les années septante et quatre-vingt.

– Jorge S. B. Guerreiro 

2 Comment

  1. […] vous en a déjà parlé sur le blog ici, Marlon Brando est tombé amoureux de ce morceau de terre, situé à 50 km au large de Tahiti, lors […]

  2. Paul VR says:

    Bonsoir, un point de vue vraiment réaliste.

Les commentaires sont clos.