Bugatti Chiron: la remplaçante de la Veyron arrive (enfin).

S1-Future-Bugatti-Chiron-comme-ca-339184

Son nom n’est pas encore officialisé, mais la remplaçante de la Bugatti Veyron devrait s’appeler Chiron, du nom de Louis Chiron, un pilote de course de la marque dans les années 30 (photo ci-dessous). On se souvient d’ailleurs que l’un des premiers prototypes lors de la renaissance de la marque portait déjà cette appellation, en 1999. Et contrairement à ce que Bugatti avait laissé croire, ce ne sera pas une berline (nous vous en parlions ici), mais à nouveau un coupé sportif. Elle devrait arriver sur les marchés en 2016, ce qui obligera sûrement Bugatti à prolonger encore la durée de vie de cette bonne vieille Veyron, lancée en 2005 déjà. Voici donc les premières images de la bête, telle que des journalistes allemands bien informés l’imaginent. Espérons qu’il ne s’agisse pas là de son look définitif: on dirait un avorton de Koenigsegg (non, ce n’est pas un compliment)!

1931_bugatti_51_-_louis_chiron

Pour être juste, précisons que la forme de l’engin doit quand même passablement être dictée par la technique, tant il doit falloir d’artifices aérodynamiques pour maintenir la chose au sol. Car selon ce que les premiers mulets maquillés aperçus sur les routes du sud de la France laissent entendre, la puissance de la Chiron atteindrait les 1500 chevaux, pour une vitesse maximum annoncée de plus de 460 km/h… Oui, ça a toujours de la gueule un compteur gradué jusqu’à 500 sur son tableau de bord. Du coup, d’autres défis se posent aux ingénieurs de Molsheim: tout d’abord contenir la masse de la chose, puisque la Veyron était déjà connue pour son poids pachydermique. Pour ce faire, 92% des pièces du châssis seraient nouvelles, comparativement à la Veyron. Autre point faible: faire passer son monstrueux moteur de 16 cylindres de près de 8 litres aux normes écologiques Euro 6. Deux des quatre turbos seraient donc électriques. Bonne chance! Maigre consolation, ils ne seront pas seuls à devoir se creuser les méninges puisque les gens de Michelin aussi ont du pain sur la planche. Il s’agit de développer des pneus capables de résister à ces très hautes vitesses. Un problème qui se posait déjà sur la Veyron et ses 408 km/h: les pneus fondaient en 15 minutes… Bon, ceci dit, il n’y avait pas de danger pour les occupants du véhicule puisque à cette vitesse, le plein était lui était avalé en 12 minutes! En attendant 2016, préparez le chéquier: son prix devrait dépasser les € 2 millions.

– Jorge S. B. Guerreiro

bugatti-chiron-illustration-front-three-quarter

1 Comment

  1. stephane agrippa says:

    la chirou c’est la mort mais le prix est exorbitant pour les passionnes de l’automobile comme moi

Les commentaires sont clos.