Les Monologues de l’escarpin: escarpin Hologram (Giuseppe Zanotti)

Zanotti

Toc toc toc!!… toc toc toc!!! laisse-moi entrer!!! Oui c’est moi, le nouvel escarpin en mal de divan psychothérapeutique. Prêt à exposer un brin de ma palpitante vie à travers un bref monologue rafraîchissant, mais indolore, rassure-toi. Permets-moi, j’aimerais revenir… c’est ok?? Merci.

Voici que j’entre en scène.

Les Kiss n’auraient pu faire mieux question scénographie. Affublé de mes plus belles parures guerrières j’aborde la rue comme j’aborderais la scène, en fanfare. Zigzag fluo, strass 80’s, éclairs métalliques, pointe effilée et talon aiguisé. C’est ma manière de voir la vie. Âme rock’n’roll, ligne affutée, grain de folie, rage de vivre. Une vraie mentalité libertaire trahie par un look affirmé mais empli d’humour. Je charme, attise les regards, électrise, mais jamais ne me prends au sérieux. C’est ma dégaine qui est objet de fascination, non l’excédant de mes brillants, à prendre d’ailleurs en toute légèreté. Je suis tout en strass et en spectacle, une de ces «Creatures of the Night» comme le chantait si bien les Kiss. Un retour 80’s sans nostalgie aucune, totalement intégré dans la radicalité d’un hiver 2015. Une radicalité cependant grassement emprunte d’humour et de second degré.

– Aude Girod