En 2016, on est tous Dada!

fmc_0_hugoball

2016 sera l’année Dada. Le mouvement est né à Zürich en 1916 : le 5 février s’ouvre officiellement le cabaret Voltaire  fondé par Hugo Ball, poète et metteur en scène anarchiste suisse, et quelque deux mois plus tard le terme de Dada apparaît pour la première fois. Sont associés au mouvement dadaïste les artistes Hans Arp, Sophie Taueber, Marcel Janco,  les poètes Tristan Tzara et Richard Huelsenbeck.  Dada est un projet nihiliste, anarchiste qui rejette toute norme sociale − évidemment, quand les normes sociales conduisent à la Première Guerre mondiale, ça peut se comprendre. Les soirées dadaïstes ne sont pas sans rappeler, en version anticonformiste, les manifestations futuristes, et la dernière soirée zurichoise a lieu le 9 avril 1919. Dans son projet même Dada nie tout avenir possible, mais l’esprit dada trouve dans le surréalisme d’André Breton (1896-1966), dans le situationnisme de Guy Debord (1931-1994), dans la Beat Generation, dans Fluxus jusqu’au mouvement Punk ses dignes héritiers. Avec le célèbre pissoir de Duchamp, le premier readymade de l’histoire de l’art (1917), qui devient en 2005 la plus importante œuvre de l’art du XXe siècle, l’esprit dadaïste aura finalement eu un avenir à son corps défendant!

Cabaret_Voltaire_1916

Avant que ne s’ouvrent les festivités du jubilé dada au Cabaret Voltaire ce mois de février, Pro Helvetia avait confié le programme du Salon Suisse, un programme de conférences et d’événements qui a lieu en marge de la Biennale de Venise, à deux spécialistes du dadaïsme, Juri Steiner − critique d’art et commissaire indépendant, il fut au commande de l’Arteplage Mobile du Jura (AMJ) à Exp 02 et a également dirigé le Zentrum Paul Klee à Berne entre 2007 et 2010 − et Stefan Zweifel − critique et commissaire indépendant, il a également traduit les œuvres de Raymond Roussel, Blaise Cendrars, J.J. Rousseau et avec  Michael Pfister « Justine&Juliette » en 10 volumes du Marquis de Sade. Les deux compères sont également les commissaires de l’exposition « Dada Universal »  qui ouvre ses portes le 5 février prochain au Landesmuseum à Zurich.

En collaboration avec l’Association DADA 100, la Fondation Fluxum et le Flux Laboratory présentent également une série inédite d’événements culturels basés sur le thème How to Put a Price on Values? Performances, projections, concerts, expositions et tables rondes sont prévus au programme avec pour pièce centrale Lagune. Royaume imaginaire de Robot King, cette ville reconstituée sur l’eau verra ses constructions déplacés continuellement par six danseurs, sur une mise en scène de l’artiste Denis Savary et du chorégraphe Jeremy Tran. Ces différentes créations se succèdent depuis le 28 janvier à Zürich, avant d’être reprises à Genève dès le 7 avril, où le Flux Laboratory deviendra le « quartier général romand » du mouvement DADA.

Le Kunsthaus de Zurich célèbre lui aussi l’année dada, avec deux expositions, « Dadaglobe Reconstructed » (5.2.–1.5.2016) et « Francis Picabia – Rétrospective » (3.6.–25.9.2016), et un bal costumé Dada (13.2.2016 dès 20h – concerts et DJ se répartissent sur deux dancefloor; prévente en ligne), sans oublier la numérisation de sa collection Dada, soit quelque 700 documents historiques et œuvres d’art Dada (peintures, sculptures, photographies, travaux sur papier, lettres, notes, livres, revues, annonces, affiches et manuscrits) qui seront accessibles en ligne dans leur intégralité.

Nous sommes au début des années 1920. Tristan Tzara, figure marquante de l’art du XXe siècle non seulement par son activité de poète et de performeur, mais aussi par sa riche activité d’éditeur, se lance dans un projet encyclopédique consacré à l’expérience Dada : la publication devait réunir des contributions originales de cinquante artistes internationaux, mais elle ne verra jamais le jour. C’est là que commence l’aventure de « Dadaglobe Reconstructed », celle de réunir ces contributions éparpillées au quatre coins du globe, dont la publication et l’exposition zurichoises − exposition qui sera ensuite présentée au MoMA à New York − sont l’aboutissement.

Picabia-L'Oeil-cacodylate-1921

Dada était en rébellion contre la société entière, son système, ses travaux sont autant d’actes d’une véritable guérilla. Le programme du Salon suisse s’intitulait « S.O.S. DADA – The World Is A Mess » : on n’en pense pas moins et le jubilé Dada est peut-être l’occasion de remettre nos pendules à l’heure et de contempler d’un œil critique la société que nous avons construit, pour mieux penser celle de demain.

Et si vous êtes du côté de Zurich le jeudi 11.02.16 ne manquez pas la rencontre avec Juri Steiner, co-commissaire de  «Dada Universal», et Cathérine Hug, curatrice au Kunsthaus Zürich et co-commissaire de «Dadaglobe Reconstructed» sur le thème «Die Welt als Filiale des Dadaismus?» à 18h00 au musée!

– Carole Haensler Huguet

*********

Informations pratiques

Tout sur le programme du jubilé Dada à Zurich sur www.dada100zuerich2016.ch

Dada Universal
5 février – 28 mars 2016
Musée national suisse Zürich
Museumstrasse 2
8001 Zürich
www.nationalmuseum.ch

Dadaglobe Reconstructed
5 février – 1 mai 2016
Kunsthaus Zürich
Heimplatz 1
8001 Zurich
www.kunsthaus.ch

Flux Laboratory
Programmation complète à Zurich, au Flux Laboratory Zurich
Denis Savary, Lagune, Création
11.02 au Flux Laboratory Zurich
28.01–26.02 Nikos Vavdinoudis, Bell Bearers
5–26.02 Aurélie Mathigot, Pas une minute sans Dada
5–26.02 Leda Papaconstantinou, August figs in Christmas
Programmation complète à Genève, au Flux Laboratory Genève 
Denis Savary, Lagune, Création
21.04 au Flux Laboratory Genève
13, 14, 15.05 au MEG
07.04–4.05 Nikos Vavdinoudis, Bell Bearers
14.04–4.05 Aurélie Mathigot, Pas une minute sans Dada
www.fluxlaboratory.com

*************************

05

Légendes images:

  • Hugo Ball/Emmy Ball-Hennings, S. Abbondio, 2003 © Susanna Koeberle-Faoro
  • Cabaret Voltaire, Zurich 1916
  • Francis Picabia, L’Oeil cacodylate, 1921
  • Sophie Taeuber-Arp, Portrait Hans Arp, 1918