Zenith au Tour de France Auto: des mécaniques sous le pied et au poignet

03.2046.406191.C769 (8)

Né en 1899, le Tour de France Automobile a été l’une des toutes premières compétitions du genre. Un peu à l’image du Tour de France Cycliste, les concurrents s’élançaient pour une course divisée en étapes. Depuis 25 ans, l’épreuve a lieu à nouveau mais selon une nouvelle formule: elle est uniquement ouverte aux véhicules historiques datant de 1951 à 1973. Désormais organisée par Peter Auto, son appellation est passée à « Tour Auto Optic 2000 », la sacro-sainte expression “Tour de France” étant entre temps devenue l’appanage des seuls deux roues. Du 18 au 24 avril derniers, 240 concurrents se sont affrontés entre routes fermées et circuits sur un parcours de près de 2000 km s’étendant de Paris à Cannes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les belles mécaniques automobiles et horlogères allant souvent de pair, les montres Zenith sont partenaires de la compétition. La marque suisse a d’ailleurs profité de l’édition 2016 du Tour Auto pour présenter une édition limitée de son mythique chronographe El Primero: la Zenith El Primero Chronomaster 1969 Tour Auto Edition.

Pour l’occasion, le légendaire mouvement prend place dans un boîtier de 42 mm en acier brossé. L’ouverture opérée sur le cadran permet de visualiser les palpitations de la bête à une cadence de 36 000 alternances par heure pour un affichage au 1/10ème de seconde. Pourvu d’une ancre et d’une roue d’échappement en silicium, l’objet offre les fonctions chronographe et tachymètre et bénéficie d’une autonomie de plus de 50 heures.

Macha Vananty

Côté esthétique, look racing de rigueur: cadran et bracelets gris sont rehaussés par des lignes verticales bleu-blanc-rouge, une touche tricolore rappellée sur les boutons poussoirs. Disponible en édition limitée à 500 exemplaires, cette El Primero Chronomaster 1969 Tour Auto Edition sera à vous contre la somme de CHF 9’800.-.

Revenons-en à la compétition: c’est l’équipage français constitué de Jean Pierre Lajournade et Christophe Bouchet qui l’a emporté sur sa Jaguar Type E. Et saluons au passage notre consoeur blogueuse et pilote suisse Macha Vananty (en photo ci-dessus) qui s’est battue valeureusement avant que sa 911 ne la lâche… quelle Porscherie.

– Jorge S. B. Guerreiro