Le Musée Olympique de Lausanne met le cap sur Rio… et sur Instagram!

the-olympic-museum--cio---lydie-nesvadba_15233618086_o

Dans quelques semaines – le 5 août pour être exact, les Jeux Olympiques de Rio prendront leur envol. En y réfléchissant, il est intéressant de remarquer à quel point les Jeux Olympiques s’inscrivent en filigrane dans nos vies. Tous, nous avons un “premier souvenir” des Jeux. Et par tous, j’entends, et c’est là probablement un cas unique, la quasi totalité des habitants de la planète. Pour moi, ce fût le “jet man” s’envolant à l’aide de sa fusée sac-à-dos lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Los Angeles en 1984 (vidéo ci-dessous). Et vous?

Petit flashback: les Jeux Olympiques sont nés sous la forme de joutes sportives autour du 8ème siècle avant J.C. dans la Grèce ancienne. Ils existèrent sous diverses formes pendant plus de mille ans jusqu’à ce que l’empereur Thédose 1er, triste sire, les interdise en 394 de notre ère. Il aura fallu attendre 1896 pour que le baron Pierre de Courbertin les fasse revivre. Conscient de la valeur historique de chaque édition, il décide dès 1929 de fonder un musée pour en rassembler et montrer les témoignages aux générations futures, ce qu’il commence par faire dans sa propre demeure: la Villa Mon-Repos, à Lausanne.

Près de 90 ans plus tard, c’est dans le parc de cette maison au bord du Lac Léman (qui a dit Lac de Genève?!) que s’élève le Musée Olympique. Bâti en 1993, il a été entièrement rénové en 2007. A la pointe de la technologie, il se veut moderne et interactif. Désormais, la mission du musée n’est plus seulement d’accumuler des collections mais bien de faire découvrir à tous l’esprit olympique. Evidemment articulé autour du sport, il témoigne également de l’immense impact sociologique et politique de chaque Olympiade. Reste que bon nombre d’objets visibles ravivent des souvenirs ou renseignent sur des anecdotes passées inaperçues. On y découvre par exemple que les fameuses chaussures dorées qui ont permis au sprinter Michael Johnson de pulvériser le record du monde du 400m sont de deux pointures différentes: ses pieds n’ont pas la même taille!

Autour du musée lui-même un magnifique parc tourné vers le lac et les Alpes attire déjà la curiosité des visiteurs. Outre de nombreuses oeuvres d’art et animations, il propose de se mesurer à quelques records existants. Et là, c’est la claque: on se rend compte à quel point l’effort des athlètes dépasse l’entendement. Courir le 100 mètres contre le chrono d’Usain Bolt, visualiser la distance du record du lancer du poids (23,12m) puis soulever le poids en question (plus de 7 kg), ou passer sous la barre du record du saut en hauteur s’élevant à 2m45 (en comparaison, votre serviteur les bras levés sur la photo ci-dessous), voilà qui calme les esprits!

FullSizeRender 2

Outre les collections permanentes, le musée accueille divers évènements et 2 à 3 expos à thème. En ce moment, à quelques jours de l’arrivée de la flamme au Brésil, il s’agit bien sûr de “Cap sur Rio”! En outre, le dernier étage du bâtiment accueille un café-restaurant, le TOM, réputé pour sa vue et ses brunchs du week-end.

Chaque année, des dizaines de milliers de visiteurs en provenance de toute la planète (après la Suisse et la France, la nationalité le visitant le plus est.. la Chine!) le visitent. Pour permettre toutefois à tous de s’y intéresser à distance et d’en suivre le quotidien, le Musée Olympique s’apprête à lancer son propre compte Instagram (à suivre ici: www.instagram.com/olympicmuseum/ ). De quoi vous inciter à y aller voir de vos propres yeux!

– Jorge S. B. Guerreiro

***

Informations pratiques:

Le Musée Olympique

Quai d’Ouchy 1, Lausanne, Suisse

www.olympic.org/fr/musee

Instagram: @olympicmuseum

IMG_9274exposition-permanente---les-games_19906666302_o vue-depuis-le-muse-olympique_19293192173_o - copie FullSizeRender 6 exposition-permanente---look-of-the-games_19726213860_o_mg_0le-tom-caf613_19887966706_o