Météore: un nouveau journal romand lancé par l’agence photo Lundi 13

FullSizeRender

La période est plutôt morose en ce moment du côté de la presse écrite. Baisse des revenus publicitaires, concurrence du web, omniprésence des réseaux sociaux et changements d’habitudes des consommateurs ont conduit à la triste mort de certains titres. C’est donc avec bonheur qu’il faut saluer la naissance de nouveaux journaux. Cette semaine a vu le lancement de Météore. Son objectif: raconter l’époque contemporaine par le biais de photos originales en grand format (il est imprimé en taille 540 x 385 mm) en se définissant comme un «journal imprévisible en images». Un objectif (LoL) que l’on comprend mieux lorsque l’on apprend que Météore a été fondé par l’agence Lundi13 regroupant les photographes Niels Ackermann, Fred Merz, Guillaume Perret, Nicolas Righetti et François Wavre. Le rythme de parution du journal en est d’ailleurs inspiré: tous les lundis 13! Le premier numéro a été lancé ce lundi 13 février 2017. Coïncidence du calendrier, le prochain sortira dans un mois déjà, le lundi 13 mars. Ensuite, selon les années, Météore paraîtra donc entre quatre et… zéro fois par an! Pour accompagner ses images soigneusement sélectionnées, textes et graphisme sont réalisés par l’agence de presse genevoise LargeNetwork, déjà à l’origine de nombreuses publications dont Largeur.com.

«Demandez à n’importe quel photographe, il vous le dira, il n’y a jamais assez de photos dans les journaux et elles sont toujours trop petites,» dit Guillaume Perret, membre de l’agence Lundi13. «Alors, quand l’occasion s’est présentée de créer avec LargeNetwork un magazine au format broadsheet, nous avons tout de suite été emballés. Pour nous, Météore est un laboratoire, un support pour nos audaces, mieux, une véritable orgie visuelle avec ses photos extra-larges!»

Sur 13 pages – oui, 13, l’une d’entre elles est imprimée deux fois pour arriver à ce chiffre impair – en couleur, le premier numéro de Météore nous emmène dans cette utopie architecturale qu’est la ville de Brasilia, dans les turpitudes de la corruption en Ukraine ou à la recherche des survivants de la dictature cambodgienne. Il est disponible dans les kiosques suisses romands au prix de CHF 5.- et le restera  jusqu’à la sortie du deuxième numéro le lundi 13 mars 2017.

– Jorge S. B. Guerreiro

FullSizeRender 2