One more thing: la Tesla Roadster

tr5-1280x638

Hier soir, Elon Musk avait donné rendez-vous à la presse mondiale pour dévoiler son camion Tesla. Baptisé Semi, ce monstre doté de quatre moteurs électriques ne dépareillerait pas dans le prochain film de la franchise Transformers (à voir ici). Mais à la manière de ce qu’un Steve Jobs avait coutume de faire lors de ses présentations chez Apple, Musk avait gardé un « one more thing » pour la fin. Il a donc surpris tout son monde en annonçant la sortie de la nouvelle Tesla Roadster, une voiture de sport découvrable. Bien que des rumeurs bruissaient déjà depuis quelque temps à ce sujet, personne ne s’attendait à cette révélation aussi tôt.

On ne va pas broder autour du sujet: cette voiture enfonce technologiquement tout ce qui roule d’électrique à ce jour – et même de thermique. Le 0 à 100 km/h est annoncé en 1,9 secondes, la vitesse maximum est de 402 km/h et surtout l’autonomie de ses batteries atteindrait plus de 1000 km. Bien avant ses actuels Model S et Model X, n’oublions pas que la marque Tesla était née en 2008 en commercialisant la version précédente de son Roadster. Alors basée sur le châssis d’une Lotus Elise, elle était de l’aveu même d’Elon Musk une voiture pas du tout aboutie. Sa production fût arrêtée en 2012. En la comparant avec son successeur présenté hier, on mesure les progrès phénoménaux que Tesla a été en mesure d’accomplir en moins de 10 ans.

Ce nouveau Roadster coupé-cabriolet 2 places (à moins que ce ne soit un 2+2, la fiche technique n’est pas très claire à ce sujet) peut désormais être commandé contre un chèque de réservation de $ 50’000, pour un prix total de $ 200’000. Au vu des performances du véhicule, ce tarif est un cadeau: pour mémoire, la plus rapide des voitures de sport électriques actuelle, la Rimac Concept One, est vendue € 750’000 et une Bugatti Chiron est à € 2.5 millions. Les premières livraisons du Roadster sont prévues pour 2020.

Et c’est là que réside le défi: alors qu’il avait utilisé du même stratagème de précommandes lors de la présentation de son Model 3, la moins chère des Tesla sensée faire percer la marque auprès du grand public, Elon Musk est actuellement confronté à des problèmes de cadence de production dans ses usines et est dans l’incapacité de livrer les centaines de milliers de Model 3 déjà commandés dans les délais prévus. En parallèle, il doit gérer l’arrivée sur le marché de ses tuiles et batteries pour la maison. Entretemps, la concurrence montre les crocs: Porsche et Mercedes s’apprêtent à lancer de nouveaux modèles entièrement électriques, tandis que le fabricant d’électroménager Dyson a annoncé son intention de construire à son tour des véhicules EV dès 2020 déjà. Musk n’a pas le choix: pour garder l’avance en termes d’image et de technologie qu’il détient encore à ce jour, il doit absolument réussir cette fuite en avant.

D’ici là, attrapez un paquet de pop-corn et installez-vous confortablement: cette bataille sera épique!

– Jorge S. B. Guerreiro

Roadster_Targa_OpenRoadster_Rear_34_Studio-1280x720Roadster_Front_34-1280x720Roadster_Front_58-1280x720Roadster_Steering_WheelRoadster_Rear_Profile-1280x720Roadster_Interior-1280x720tr7-980x620